Paris des Années Folles

Jeu de rôle à Paris dans les années 20
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Arrivée d'un étrange bandit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jacques

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Arrivée d'un étrange bandit.   Ven 29 Juin - 22:36

Jacques regarda la rue et un sourire se dessina sur son visage bienveillant. Des hommes pas très nets la parcouraient, se lançant des regards en biais, seuls, la plupart du temps. Tous s’évitaient et un silence presque religieux parcourait la grande rue. Les seuls endroits d’où sortait un vacarme assourdissant étaient les quelques bars dont les lumières se dessinaient sur les pavés. Il respira un grand coup. Dans cette rue, il se sentirait chez lui. Au milieu de ces brigands, sa physionomie ferait certainement tâche mais son esprit se sentirait à l’aise. De plus, il aimait bien les « mauvais garçons ». Ils étaient souvent bien plus intéressants au lit que les nobles ou les honnêtes gens. Il avança tranquillement dans la nuit tombante. Il devinait que cette rue ne vivait que la nuit et que, bientôt, elle se remplirait de monde. Il repéra un truand quelconque qui était nonchalamment adossé de coté, à un mur. Jacques baissa un peu son chapeau melon et, aussi naturellement que possible, lorsqu’il passa à coté de l’homme, lui chaparda sa bourse qui pendait à sa ceinture. Il fut si discret que l’autre ne remarqua rien et continua de tirer sur sa cigarette, l’air absent et endormi. Quelques mètres plus loin, il entrait dans le premier bar. L’endroit était enfumé et bruyant d’un mélange de musique, de conversations, de chants d’ivrognes et d’insultes lancées à travers la salle bondée. Sur le côté se trouvait un bar posé devant une immense glace sale qui ne devait pas avoir vu le bout d’un chiffon depuis au moins une dizaine d’années. Un barman ventripotent, la cigarette aux lèvres, s’y déplaçait de temps en temps avec une incroyable agilité, étant donné sa corpulence. Au fond du bar, dans une sorte d’alcôve, un petit orchestre jouait une musique entraînante. Le problème était qu’ils jouaient très mal, se dit Jacques. Il s’assit à un tabouret au bar et, d’une pichenette, releva son chapeau. Il héla le barman :

« Hé ! Barman !
_Ouuuai ? Qu’est ce qu’un gentil type comme toi viens faire par ici ? »

Le barman s’était accoudé devant Jacques qui avait tout loisir de respirer sa mauvaise haleine. Il répliqua, froidement :

« Le gentil type vient boire une bière et il serait même tenté d’aller se faire servir ailleurs, si tu ne bouge pas ton gros derrière plus vite que ça ! »

Le barman le fusilla du regard et se releva, se dirigeant vers les verres crasseux alignés sur le comptoir.

« Nette la bière, hein ! Sans pisse, dedans ! ajouta Jacques, dans un sourire. »

Dans un grognement, le barman lui ramena sa chope de bière pleine.

« Nan mais d’où tu viens, p’tit ? » demanda-t-il

Baissant légèrement la tête mais relevant son regard sombre, Jacques susurra d’une voix gutturale :

« Du fin fond de tes cauchemars, mon grand. »

Puis, se désintéressant du barman, qui fronçait les sourcils en se demandant sur quoi il était tombé, il se dirigea vers une table légèrement à l’écart et surélevée sur une sorte de scène, reconvertie en annexe de salle, d’où il pourrait observer le reste des personnes présentes et trouver une victime : un amant ou un pigeon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Dim 1 Juil - 22:52

D’un revers de la main, Noah essuya les gouttes de sueurs qui perlaient abondamment sur son front. Il avait soif, et faim, et ses membres étaient tout endoloris. Une journée terminée, donc. Il travaillait depuis trois heures du matin, et comme tout le monde, n’avait pris cinq minutes que pour déjeuner et fumer sa cigarette.
A la sortir de la mine, il se dirigea vers l’office ou il comptait recevoir son salaire, trois fois rien, certes, mais tellement agréable à empocher. Le contremaître, monsieur Martin, fut celui qui le paya. C’était un petit homme ventripotent aux airs de baroudeurs et de rustres, qui portait une grosse moustache et avait toujours avec lui sa sempiternelle pipe de bois.

"Tien, l’youpin, voici les cinq francs cinquante, plus les vingt centimes pour le service » Noah tendit la main et reçut son miséreux salaire. Il fourra les pièces dans la poche de sa salopette.

"Merci, monsieur Martin… "répondit-il avec un faux sourire

« Attend, ne t’en va pas…y’a le patron qui veut k’tu fasses un pt’tit boulot pour lui…ce soir, il a b’soin d’toi. A Montmartre…ça va s’battre, là-bas. Rendez-vous devant le bordel de Madame Perle, qu’il m’a dit, sur l’coup des 11 heures » déclara t-il de sa voix rocailleuse et mâchée par sa barbe.

Noah reçut le message cinq sur cinq, hocha pitoyablement la tête, et sortit du bureau en traînant les pieds. Encore une soirée de violence et de bagarres, entre ceux du Saule et ceux de la Campagnarde…deux bars ennemis aux querelles incessantes. Pourquoi se faisaient-ils querelle ? Noah n’en n’avait pas la moindre idée, et les rumeurs étaient tellement nombreuses qu’il ne préférait en croire aucune. Le patron de Noah était un Campagnard, donc Noah allait avec eux, mais il n’était ni pour l’un, ni pour l’autre, il trouvait tout cela tellement ridicule et absurde. La guerre avait tout déréglé. Entre ceux qui en avait profités, et d’autres qui mourraient de fin dans les ruelles, et bien d’autres encore.

Il mit son béret sur la tête, et se dirigea vers la fontaine pour s’abreuver. Encore une dure soirée en perspective, dans laquelle il devrait jouer ce rôle de méchant pour lequel il n’est pas taillé. Mais il devait le faire, sa jeune sœur, Colette, avait besoin de médicament…elle ne survivrait pas longtemps encore. A peine avait-elle travaillé deux mois dans la mine, que la tuberculose s’était emparée d’elle, et l’emporterai sûrement maintenant.
Il baissa la tête. Il avait déjà perdu trop de frères et de sœurs. Cela ne devrait pas être normal, pour lui.

Cherchant dans une de ses poches, il sortit une cigarette, puis se dirigea sur Montmartre. Il passerai la soirée ici, en attendant. A boire dans un bar, à écouter les gens parler, à regarder les filles, à jouer aux cartes…à oublier un peu les dures journées.

Noah entra dans un bar, le "cerf des bois", afin de s'assoir à une table. Lorsqu'il pénétra dans l'établissement, il fut pris d'une efroyable quinte de toux à s'en décrocher les poumons. Il dut s'appuyer contre le mur pour s'aider. Il détestait, ces toux répétitives, mais il n'avait pas les moyens de se payer un docteur, et quand bien même, la priorité irait à Colette.

Il repéra les lieux d'un coup d'oeil circonspect, remarqua la serveuse, une jolie brune , puis les autres clients. L'un d'entre capta particulièrement son attention. Il était assis dans l'obscurité, au second niveau, et était assi à la table la plus en retrait, mais qui permettait une vue idéale sur le reste du bar. Il était affublé d'un haut-de-forme qui dissimulait la plupart de son visage.

Noah détourna le regard pour se diriger, lui aussi, sur la petite estrade, et alla s'assoir à une table près de l'inconnu. Le jeune homme sortit de sa poche sa cigarette qu'il alluma. La soirée promettait d'être longue.


Dernière édition par le Mer 4 Juil - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Lun 2 Juil - 22:49

Il regarda un moment la serveuse rouler des fesses entre les tables et se faire reluquer par les clients. Il repéra quelques hommes potables et d’autres aux sourires édentés parfaitement détestables. Il eut une grimace de dégoût. Il n’avait jamais pu supporter ces sourires à trous, c’était comme les choux de Bruxelles : immonde.

Son attention fut attirée par un jeune homme costaud qui entra dans le bar quelques instants plus tard. Il fut secoué par une quinte de toux rauque qui le fit se courber en deux. Il fronça les sourcils. Encore un que la tuberculose emporterait dans la tombe. Elle faisait un ravage inimaginable depuis la fin de la guerre : personne, dans la populace, n’avait assez de sous pour allez voir un médecin. Il détailla le jeune homme d’un coup d’œil connaisseur. Blond, musclé, grand…pas tellement son type, mais de toute façon, il était malade ; il ne l’aurait pas approché. Jacques n’avait pas peur de la mort, depuis le temps qu’il la distribuait comme un bonbon, c'est-à-dire, avec plaisir et abondance, il avait l’impression qu’il s’en était fait une amie. De fait, il lui semblait que sa mort n’arriverait pas avant longtemps et, qu’en plus, elle serait douce. Cependant, il n’était tout de même pas fou, et embrasser un tuberculeux ressemblait beaucoup trop à de la folie à son goût. Il sirota doucement sa bière, observant l’homme entrer, l’air sombre, le repérer d’un coup d’œil et s’approcher. Il se demanda s’il allait s’asseoir à sa table, mais le blondinet se détourna au dernier moment pour s’installer à celle d’à coté. Il l’entendit allumer une cigarette. Il avait envie de lui parler mais l’aborder, comme ça, sans aucune raison apparente, il ne le sentait pas trop. Il semblait gentil, peut-être un peu naïf : le pigeon idéal. Il lui aurait donc bien demandé une cigarette, histoire de commencer une discussion, mais Jacques ne fumait pas. Il chercha un moment, laissant son regard parcourir la salle et finit par trouver. Il se composa son air le plus gentil et sympathique, releva son chapeau melon, se tourna, souriant, vers l’homme et lui dit gentiment :

« Mauvaise journée peut-être ? »

Ce n’était pas une entrée en matière très originale, il en était conscient, mais l’homme avait vraiment l’air au fond du gouffre. Et on avait tous besoin de sympathie, lorsque l’on avait tous les problèmes possibles qui nous tombaient sur le dos. Il espérait cependant que les problèmes ne s’étendaient pas trop au domaine pécunier. Au pire, il le tuerait, cela abrégerait ses souffrances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Mar 3 Juil - 0:02

Noah regardait le dos de l'homme au chapeau melon avec curiosité. La façon dont il état affublé l'intriguait. Mais il ne se melait pas de ce qui ne le regardait pas, il avait déjà bien assez de soucis en tête. Il ne savait exactement quelle heure il était, encore tôt, vers les huit heures...surement...au pire, il irait voir au clocher de l'eglise du coin. Et puis, s'il y'avait de la bagarre, les rumeurs iraient bien jusqu'ici, le bordel de madame Rose était tout prêt, même pas deux cent mètre à parcourir.

Le jeune homme renifla, regard la salle d'un sale oeil de bandit pour ne pas se faire aborder pas les rustres du coin de la pièce. Remarque, il n'avait pas le gabarit de l'homme à se faire embeter, généralement on l'évitait. Ou on s'en prenait à lui par bande de cinq ou six, et ce n'était jamais une partie de plaisir, pour lui. Les gens étaient laches et pusillamines.

L'inconnu que Noah avait repéré se retourna vers lui. Il avait un visage commun, des yeux et des cheveux marron. Il était plutôt charismatique et étrange. Le genre de personne que Noah ne croisait jamais, et ce n'était pas à la mine qu'il allait en trouver !

"Mauvaise journée ?" répéta Noah. "Si on veux...Et encore, elle n'est pas finie"

Là, il songeait à ce qui l'attendait ce soir. Bagarre, violence, insultes

"Je m'appelle Noah Léman...j'habite dans les faubourgs. Et vous, vous êtes qui ?" reprit-il après un bref silence

Il avait déjà du le croiser sans y prêter grande attention.

En tou cas, c'était agréable d'avoir un visage amical de temps à autres, et non pas tous ces hommes méfiants, fermés et violents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Mar 3 Juil - 0:52

Il regarda le visage de l’homme. Il semblait fatigué et lassé. Un chouilla désespéré peut-être. Il sourit intérieurement. S’il était vraiment désespéré, il n’y aurait rien à en tirer au niveau de l’argent. Cependant, quelqu’un au bord du gouffre était facilement manipulable. Il sourit.

« Jacques, Jacques Zantin. Et pour l’instant, je n’habite pas. Je cherche encore. Je viens d’arriver. »

En effet, son arrivée en ville était toute nouvelle. Il lui avait fallut pas mal de temps pour revenir du front et il avait beaucoup trainé dans les provinces avant de se décider à venir dans la capitale. Il ne regrettait pas ce petit interlude de vagabondage, il avait été plutôt enrichissant, les paysans étant, certes moins fortunés que les habitants de la ville, mais aussi beaucoup moins méfiants. Ce qui lui avait manqué, à la campagne, c’était les hommes. Les campagnards étaient frustres et arriérés, ils ne s’avouaient jamais aimer les autres hommes, ce qui donnait des mariages malheureux, des femmes battues, pour la plupart, et, surtout, des hommes frustrés et donc imbuvables. Il en avait tué plusieurs : un véritable service rendu à l’humanité, aux yeux de Jacques. Ce qu’il y avait de bien, avec l’après-guerre, c’était que la police semblait inexistante. Un vrai paradis pour les bandits en tous genres. Un vrai petit paradis pour lui. A la guerre, il n’avait pas eu de problèmes avec les hommes. Tout le monde était complètement persuadé de mourir le lendemain, ce qui donnait à beaucoup le courage de s’abandonner à leur penchant sexuel interdit. D’autres avaient simplement envie et aucune femme sous la main, alors, après quelques rechignades, ils se contentaient des hommes. Tout ce cirque avait donné à Jacques beaucoup plus d’aventures qu’il ne l’aurait souhaité, mais il n’allait tout de même pas s’en plaindre. Et rien qu’à imaginer les maris avec qui il avait couché, et qui n’étaient pas morts comme ils l’avaient pensé, rentrer chez eux avec les souvenirs qu’il leur avait laissé, il en mourrait de rire.

Il ramena ses pensées au présent et à l’homme qui se trouvait devant lui. Il eut une moue de compassion.

« Et qu’a-t-elle de si terrible, cette journée ? »

La violence ? La maladie ? La mort ? Ou pire encore : la faillite ? Il eut un frisson de dégoût. La faillite était bien quelque chose de tout à fait répugnant, sauf lorsque cela touchait les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Mar 3 Juil - 9:11

Noah garda l’information au chaud dans sa tête, cela pourrait toujours lui servir un de ces quatre…

« Nouveau ?" s’étonna t-il. "Et qu’est-ce que Paris peut bien avoir d’attrayant ? »

Oui, ça, il était curieux de le savoir. Personnellement, il ne trouvait pas la ville si attractive, et n’aspirait qu’à une seule chose : la quitter. Malheureusement, il ne pouvait résonner aussi légèrement, car beaucoup comptaient sur lui, mais s’il avait pu, il serait parti en province avec le père Denis et se serait installé avec lui dans une petite église de village, ou les ennuis arrivaient tous les vingt ans, et ou il faisait bon de vivre. Mais la vie en avait décidé autrement, et il resterait ici jusqu’à ce que la maladie, la faim, la violence, l’emporte.

« C'est une mauvaise journée, on peut le dire. Comme toutes les autres. Je travaille aux mines de charbon...on peut pas dire que ce soit la joie."

Il s'arreta un bref instant, et reprit, bavard et peut-être imprudent ?

"Non, ma journée n’est pas finie en plus. D’ailleurs, si tu aimes te battre, je peux toujours t’emmener ou je vais aller, mais je te le déconseille, ce n’est vraiment pas une partie de plaisir. Des querelles entre bistrot. Tu en entendras souvent parler, dans le quartier . On ne sait jamais pourquoi ils se battent, tout ce qu’on sait, c’est qui, ou, et quand, et que tout le monde est bienvenu…inutile de préciser que cela fini toujours dans un bain de sang. »

Ce Jacques ne semblait pas particulièrement poltron, ni faible. Peut-être voudrait-il se battre ? Il le lui déconseillait, mais ce genre d’événement amenait souvent du monde, et était utile pour créer des liens, et des contacts. Jacques avait plutôt l’air d’un bandit avec de la classe, ou bien, un jeune de la haute qui se déguise pour aller voir le bas-monde…

Noah soupira. Il aurait bien bu un peu, mais il ne devait pas gaspiller son argent durement gagné dans ce genre de futilités frivole et éphémère. Pourtant, ce n’était pas l’envie qui lui manquait. Peut-être Jacques allait-il lui proposer un verre ? il ne semblait pas particulièrement démuni.

Le jeune homme blond alluma une autre cigarette, et en tendit une à son locuteur.

« Tu en veux une ? » demanda t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Mer 4 Juil - 21:16

Jacques but un coup, histoire de se donner le temps de réfléchir. Qu’est ce qui l’avait attiré à Paris ? Sa violence ? Ses occasions de bons coups ? Sa débauche ? Ces nombreux pigeons à plumer ? Toutes ces personnes à tuer dont personne ne se souciera ? Beaucoup de raisons, aussi bonnes les unes que les autres mais indicibles devant un homme tel que ce Noah. Il reposa doucement sa chope de bière.

« Ses propositions de travail m’intéressent. Ici, on recherche beaucoup de main d’œuvre. »

Son regard se fit vague.

« Et puis, j’était ici, avant la guerre. Beaucoup de souvenirs m’y attachent. »

En effet, beaucoup d’endroits de Paris avaient été les témoins de ses crimes et il aimait venir s’y promener, se remémorant les cris de ses victimes, leurs yeux remplit de terreur, parfois de haine…

Un souvenir en particulier le touchait. Une adolescente à la chevelure rousse. Un des derniers crimes qu’il avait commis avant de s’engager dans l’armée. C’était une jeune prostituée qui n’avait pas encore ce regard qu’elles ont toutes. Ce regard aguicheur, pervers, dégoutant. Elle était encore triste de son sort, elle avait encore l’espoir dans ses yeux. Il n’avait pas voulu qu’elle se transforme comme les autres. Il l’avait tué lentement, avec douceur. Savourant chacun de ses petites tentatives pathétiques pour lui échapper, la rassurant comme on rassure un enfant, lui caressant d’une main la joue tandis que l’autre lui broyait la gorge, coupant toute arrivée d’air, de sons, de vie. Ses beaux yeux verts paniquant dans leurs orbites, larmoyant, asseyant de l’apitoyer, le suppliant d’un éclat d’émeraude. Mais, il en était sur, dans ces même yeux, au moment où la Mort s’était emparée de cette nouvelle âme que Jacques lui offrait, il avait vu de la reconnaissance et de la gratitude. La jeune fille le remerciait de la libérer de ce métier ignoble. Il lui avait sourit gentiment pendant qu’un voile recouvrait ses pupilles, une étincelle de pitié dans son regard d’assassin.

Il se concentra pour écouter les explications de Noah. Un mineur ? En effet, il concevait que ce ne devait pas être un plaisir. Et il avait l’air d’être un mineur ruiné, en plus. Quelqu’un qu’il serait facile de mettre à sa botte. Mais pour quoi faire ? Il était musclé. Il pourrait toujours lui servir d’homme de main. Il écouta sa proposition. Une bagarre ? Jacques n’aimait pas les bagarres de rue. Pas assez de classe à son goût, trop brouillon et hasardeux. Mais, si cela pouvait lui faire rencontrer des beaux garçons en bonne santé, eux…

« Une bagarre ? Non, me battre, la violence, tout ça, c’est pas tellement ma tasse de thé. Et ça n’a pas l’air d’être la tienne ! Pourquoi y aller si tu ne le veux pas ? »

Il refusa d’un geste de la main la cigarette que lui tendait que le jeune blondinet.

« Non merci je ne fume pas. Mais tu veux peut-être boire un coup ? »

Peut-être qu’une fois un peu bourré l’homme parlerait plus…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Mer 4 Juil - 22:23

[ hrp : ‘spèce de psychopathe va ! tu me le tues pas, mon ptit noah, hein ! Evil or Very Mad ]

Ainsi, il était de Paris lui aussi. Mais…pourquoi y revenir ? Les souvenirs. Si Noah partait, il ne garderait pas de bon souvenirs de Paris. Puis, il n’aimait pas la ville, même s’il y était né et y avait vécu toute sa vie. Il aurait du naître chez des paysans, en pleine campagne, c’est ce qu’il s’était toujours dit.

« Des fois, on a pas toujours le choix. Si je pouvais me soustraire à cette bagarre, je le ferai volontiers, mais nous ne sommes pas tous nés avec un cuillère en argent dans la bouche, je dois gagner mon pain d’une matière ou d’une autre. Puis…ce n’est pas comme si je me battais contre des enfants de cœur, tous ces types, là, ne sont que des ruffians, des malandrins, des brutes. D’un côté, cela rend la tache moins pénible. » expliqua t-il avec un autre soupir qui en disait long.

Sa toux le reprit, il s’excusa et détourna la tête, la main devant la bouche.

« excuse-moi…ce n’est qu’une petite toux de rien du tout. » déclara t-il après cette crise bégnine.

Du moins l’espérait-il. Heureusement que du sang n’avait jamais coulé de sa bouche lors de ses quintes. La tuberculose causerait encore des problèmes à sa famille, sa mère devrait compter sur un salaire en moins, et avec les cinq enfants toujours valides, elle ne s’en sortirait jamais…

« Boire ? J’avoue que je ne dis pas non…comme je l’ai dis, la journée à été rude. Un petit remontant sera le bienvenu. Je n’ai pas toujours assez de sous pour consommer. L’argent va en priorité à la famille, tu comprends ? »

Il héla la serveuse qui se retourna vers eux. La brunette leur fit un sourire et se dirigea vers eux. Ses yeux noisette étaient cernés, elle avait les traits fatigués, mais elle était jolie, bien en chair avec un large décolleté. Il fallait bien attirer les clients.

« Qu’est-ce que je vous sert, messieurs ? » demanda t-elle.

« je pense qu’une bouteille de vin fera l’affaire…cela te va ? » demanda t-il à Jacques.

Noah était un peu trop enthousiaste et n’avait pas laissé à Jacques le temps de dire quoi que ce fut, mais le jeune homme blond avait tellement envie de son petit verre…il espéra que son compagnon ne lui en tiendrait pas rigueur…surtout que c’était lui qui offrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Jeu 5 Juil - 1:18

Jacques eu un petit sourire tandis que Noah se justifiait. Effort pathétique pour se mettre bien avec sa conscience…C’était ridicule. Lorsque l’on était une brute, il fallait l’accepter et non se cacher derrière des obligations que l’on pouvait toujours éviter…Se dissimulait-il, lui, derrière un paravent d’excuses pour ses meurtres ? Non. Il tuait, il aimait ça et il l’assumait. Ce n’était pas un besoin mais un art. Oui, lui, Jacques Delaroche, était un artiste. Ses victimes des œuvres en elles-mêmes. Bien sûre, certaines n’avaient été que des passes temps, des petites friandises que l’on grignote sans faim. Mais la plupart n’était que des chefs d’œuvres, comme l’avait été son mentor, Matéo, sa toute première œuvre. Et il ne s’excusait pas pitoyablement, non il était fier de son travail, de son Art.

Et quand bien même il aurait réellement eu honte de se battre, Noah ne devrait même pas penser à se justifier avec le prétexte de tous sont des bandits sans vergogne. Comme si les gens « biens » méritaient moins que les autres de recevoir une raclée ! Ce n’était qu’un lâche qui cherchait à adoucir sa culpabilité. Peut-être devrait-il le tuer ? Les lâches ne devraient pas avoir leur place dans le monde. De toute façon, il était condamné…Même si la tuberculose ne l’emportait pas, il finirait mendiant, ce qui était tout comme. Il sentit ses doigts s’électriser.

*Non, Jacques, non…*

Il fallait être raisonnable. Il venait de revenir et il devait se faire des amis pour ne pas se retrouver démuni. Sa bonne bouille de gentil garçon ne le protégerait pas toujours des soupçons et il devait avoir des garants de son honnêteté.

Il regarda Noah tousser, à deux doigts de s’étouffer, et prétendre que ce n’était rien. De quoi avait-il peur ? Que Jacques le fuit ? N’importe qui de censé aurait vu la tuberculose derrière cette toux « de rien du tout ». S’il avait dû l’éviter, cela aurait déjà été fait.

Il le laissa commander, légèrement estomaqué de la façon dont le blondinet avait prit les devants. Souriant malicieusement, particulièrement hypocritement, refoulant sa colère, il répondit :

« Bien sûr que je comprend. Je t’en pris, ne te gêne pas ! »

*Décidemment…un lâche sans gêne…et alcoolique qui plus est…je suis tombé sur une mine d’or, moi !*

Plus de faiblesses il y avait, plus de failles on présentait, plus il était facile de se faire manipuler. Cependant cette facilité avec laquelle il avait rejeté le minimum de politesse l’ennuyait. Mais il le laissa faire, souriant poliment à la serveuse, n’accordant même pas un regard au décolleté qu’elle leur offrait. A ses yeux elle manquait de masculinité.
La bourse qu’il venait de chaparder était pleine, il pouvait facilement s’offrir une bouteille de vin.

« C’est parfait. Faites vite mademoiselle, je sens mon compagnon assoiffé… »

Il laissa la serveuse s’éloigner et se leva pour venir s’asseoir devant Noah, sa bière à la main, tournant le dos à la salle. Il savait d’ores et déjà que la bouteille ne serait bue que par le jeune homme. Il le laisserait se saouler, se perdre dans les méandres brumeux de l’alcool, s’enfoncer, avec l’aide de ce jus de raisin, dans le labyrinthe du désespoir. A tel point qu’il ne pourrait qu’accepter son aide. Le genre d’aide qu’un type lâche et désespéré comme lui ne pouvait refuser, celui d’être à sa botte pour un bon petit salaire. Et peut-être que s’il se montrait à la hauteur, il lui offrirait une formation, et l’initierait à son Art. Mais il ne devait pas trop espérer de cet homme, il semblait irrécupérable, noyé dans un océan de morale.

La serveuse revint, posa la bouteille accompagnée de deux verre crasseux et repartit avec un clin d’œil coquin pour les deux clients. Jacques remplit les deux verres.

« Alors, explique-moi, c’est quoi cette histoire de bagarre que tu ne peux pas éviter ? On te paye pour donner des baignes ? Tu n’es pas un mineur, au départ ? »

Il avait posé son chapeau melon sur le bord de la table, découvrant entièrement son visage d’honnête homme qu’il n’était pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Jeu 5 Juil - 8:07

[ hrp : dslée, je fais pas très long, mais je pars dans pas longtemps ^^ ]

Noah sentait bien que l’ambiance venait de se dégrader. Jacques s’était-il offensé de ses manière abrupte ? Bien, il serait servi, tous les gens des bas fond de Paris étaient comme Noah, rustres et impolis, et encore, Noah avait eu un semblant d’éducation grâce au père Denis.

« Cette bagarre ? Bien, y’a deux bistrots dans le coin…l’un qui s’appelle « la Campagnarde », et l’autre, « le Saule »…ils sont l’un en face de l’autre, juste la rue pour les séparer, autant dire que ça se tape beaucoup dessus…je ne sais pas pourquoi ils se querellent…personne ne le sait exactement, mais tous le monde se bat. D’un, y’en a que ça défoule, de deux, ça fait de l’argent facile. «

Il fit une pose, regardant la serveuse arriver avec a bouteille de vin et un verre grossiers. Il la remercia, et se servit une bonne quantité qu’il but d’une traite. De toute manière, vu comme il était massif, il fallait bien plus d’une bouteille pour arriver à le saouler…du coup, il n’était jamais ivre, car ça coûtait trop cher.

« Moi, j’y vais car mon patron, un campagnard, me paye gracieusement pour ce service. C’est pas que ça me plait, loin de là, mais c’est que j’ai des frères et sœurs à m’occuper… »

Noah savait que son histoire était commune avec beaucoup d’autres miséreux. Plein de gens avaient une famille nombreuse à nourrir, plein de gens faisaient des sacrifices pour la survie des leurs. Il n’innovait en rien, c’est pour cela que son ton était neutre et détaché.

« Tu n’as pas de famille, toi, n’est-ce pas ? » demanda t-l en devinant aisément la réponse. « Pas de famille, pas de soucis d’argent, tu n’as que de toi à t’occuper. »
C’était pour cela qu’il aurai préféré être fils unique . Cela aurait été tellement plus simple. Mais il adorait ses frères et sœurs, il s’en occupait comme d’un père. D’ailleurs, c’est ce qu’il était devenu, un père de substitution…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Jeu 5 Juil - 22:38

Jacques écouta attentivement. Le saule, le campagnard…ces noms ne lui étaient pas inconnus, loin de là. Oui, à présent cela lui revenait. Deux gérants de bars aussi idiots l’un que l’autre. Il avait mendié, durant un temps, devant leurs devantures et avait plusieurs fois assisté à des batailles mémorables, admirant les corps qui s’entrechoquaient, ces poings qui se lançaient, ces visages remplis de rage et de virilité. Il était encore jeune, à l’époque, il ne savait pas encore tuer sans remords, voler avec adresse, dissimuler pour mieux régner. Il n’avait pas rencontré Matéo et son savoir, Matéo et son amour. Il se contentait généralement d’observer ces corps d’hommes qu’il pensait qu’ils ne seraient jamais siens. Une ou deux fois, cependant, il avait combattu, dans l’un ou l’autre des deux camps, il ne se souvenait plus, en échange d’un dîner, en échange d’un lit où dormir. Il pensait que cette stupide guerria aurait cessé avec la guerre, mais ce n’était apparemment pas le cas. Une sombre histoire de filles, de femmes et de familles entourait cette petite guerre. L’un disait qu’un des gérants avait violé la fille de l’autre, un autre racontait qu’un des deux avait massacré la famille de l’autre ou encore que les deux gérants se partageaient la même femme et se battaient pour convaincre cette femme de discorde d’en choisir un. Ce que Jacques ignorait totalement, c’était comment ils avaient réussis à entraîner toute leur clientèle dans cette sottise. Et, à vrai dire, il s’en foutait. Il les avait haït tous les deux pour l’avoir forcé à se faire acheté, pour avoir profité de sa faiblesse. Il se vengerait un jour, à présent qu’il était fort, à présent qu’il avait grandit. Ils avaient profités d’un adolescent apeuré, sans le sous et faible, ils auraient à faire à un adulte assassin et sans pitié. Imperceptiblement, Jacques serra les poings. Noah avait ravivé une vengeance que Jacques avait oublié.

Ainsi, ce blondinet aussi faisait partis de cette folie. Mais il ne lui ressemblait pas pour autant. Il n’était pas jeune, ni faible, il pouvait se défendre, il pouvait refuser, nourrir sa famille n’était pas une bonne excuse, non, non. Mais Noah n’aurait bientôt plus à se plaindre. Jacques allait s’approprier cette lâcheté, la mettre à genoux devant lui.

A la question qui n’attendait pas de réponse de Noah, Jacques laissa ses pensées se diriger vers son frère, Constantin. Etait-il mort ? Jacques ne le savait pas. Il était ce que l’on appelait un « disparut ». Et il semblait parfois à Jacques qu’il avait même disparut de son cœur. Ce frère qui avait 10 ans lors qu’il fut banni du domicile familial, qui l’avait regardé se faire jeter dehors, en retrait, essayant malgré tout d’alléger sa peine en ne le quittant pas des yeux, essayant de communiquer à cet adolescent qui était son grand frère un courage qui lui manquait pour affronter une vie sans pitié. Jacques n’oublierai jamais ce regard. Mais ce frère s’absentait de plus en plus souvent de sa mémoire, remplacé par une multitude de souvenirs poignants : Matéo, ses œuvres, la guerre…Il ne voulait cependant pas l’oublier, espérait toujours le retrouver, lui, il le savait, serait digne de son enseignement.

Mais il valait mieux que Noah ignore son passé. Il s’était convaincu lui-même qu’il était seul, il valait mieux qu’il le reste. Il soupira, comme attristé.

« En effet, je suis seul, mais tu sais, des fois, ca pèse la solitude… »

Ilse saisit de la bouteille.

« Tu en reveux ? »

Il n’attendit pas sa réponse et resservit l’homme.

« Et ta toux, là, de toute à l’heure, elle dure depuis un moment ? »

Il le regardait avec attention, comme s’il voulait s’occuper de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Dim 29 Juil - 22:04

Noah se sentit soudainement fatigué. Ce n’était guère étonnant, il s’était levé plus tôt que coutume ce matin-là, pour décharger les cageots de poisson des chalutiers. Levé à 3 heures du matin, et sûrement pas prêt d’être couché. Avec un regard las, il soupira, s’enfonça plus profondément dans sa chaise en affaissant ses larges épaules de baroudeur.

« Pour vivre seul, il faut le caractère qui va avec…lorsqu’on connaist le bonheur d’un foyer, il est difficile d’envisager une vie de solitude…même si ses charmes et ses avantages sont plus que tentant. Puis de toute manière, la solitude fini par peser. L’homme a besoin de contact, de discussion, ou il dépérit. »

Il ne savait pas exactement ce qu’il disait. Tout ce qu’il savait, c’était qu’il avait déjà eu ce genre de conversation avec le père Denis. Les soirs ou ils se cachaient sur le promontoire derrière l’église, et, à la lueur d’une bougie, devenaient professeur et élève. Le père Denis avait tellement de avoir à transmettre et à faire partager. Mais le supérieur de l’église, le père Ange (^^), voyait d’un très mauvais œil cet relation. Les gens du peuples n’avaient pas à se cultiver.

Il resta silencieux un instant, puis reprit, troublé par une des paroles de Jacques.

« Tu ne connais personne à Paris ? Tu n’as pas de proches, des amis, des collègues ? Quoique, tu n’as pas l’air d’un ouvrier, et encore moins d’un paysan…tu es un artiste peut-être ? Ecrivain, poètes, peintre ? Non…non, tu es plus excentrique que la plupart des gens…»

Son débit de paroles était assez impressionnant, mais Noah aimait établir des profils des gens qu’il rencontrait. Habituellement, il avait le coup d’œil, bien qu’il était très facile de différencier un pêcheur d’un prolétaire.

Il n’eut pas le courage de refuser le verre que Jacques remplit de nouveau. Sa vieille habitude était de rationner la bouteille durant la soirée, pour terminer en beauté…s’il buvait tout maintenant, il ne resterait plus rien plus tard. Mais au diable les habitudes, n’étaient-elle pas faites pour être changée ? Le jeune homme tendit la main, enserra le verre de ses larges et puissants doigts, puis porta le liquide à ses lèvres. Il en but au moins la moitié

« Ma toux ? Ce n’est rien. Je suis mineur, rien d’étonnant à ce que je crache mes poumons à longueur de temps… (il fit une pause) Je ne suis pas malade, je ne l’ai jamais été si c’est ce que tu pensais. Je tousse juste. Oh, je sais que cette mine finira par m’avoir, comme tous ceux qui y travaillent. Mais je ne compte pas m’y éterniser. Dès que je peux, dès que j’en aurai les moyens, je trouverai quelque chose d’autre, quelque chose de plus…vivant. Ca pue la mort, là-bas dedans. Ca pue la mort et la pourriture. »

Il finit son verre, et tira sur sa clope, recrachant la fumée. Il devait paraître bien déprimé, à parler ainsi. Alors qu’il aimait tant la vie. Si ce n’était pas le cas, cela fairait longtemps qu’il aurait disparu. Noah menait sa barque, il aimait toutes les vagues qui buttaient contre la coque, il aimait les tempêtes car après, le calme en était d’autant plus réjouissant. Oui, Noah aimait la vie, mais il était humain, aussi, et un humain a droit à des moments de faiblesses.

Il se redressa et son visage reprit son expression douce et calme habituelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Lun 30 Juil - 18:25

Jacques leva un sourcil. Ce garçon commençait déjà à être saoul : il changeait d’avis comme de chemise. Une fois il disait que la solitude était merveilleux, la minute d’après il faisait l’éloge de la vie en famille…Tant mieux, il aurait moins de mal à le mettre à sa botte. Il ne portait pas son verre à ses lèvres, se contentant de le faire distraitement tourner entre ses doigts tout en regardant son interlocuteur. Il sourit légèrement lorsque Noah se mit à essayer de deviner qui il était. Il pouvait toujours essayer…ça risquait d’être amusant. Il se chercha une identité à s’approprier. Artiste ? Pourquoi pas ? Il était bel et bien un artiste, c’est vrai, mais pas conventionnel. Non, ça n’irait pas, ils étaient trop souvent sans argent…or il en possédait et Noah pourrait se poser des questions lorsqu’il lui en proposerait…cependant, dire cela lui éviterait de mentir et ne pas mentir serait un risque de moins de se faire démasquer...Sur ces réflexions il répondit dans un franc sourire :

« Non, non tu as bien deviné, je suis un artiste. Oui, vraiment, je crois bien être un artiste dans ma branche. »

Il eut un petit rire pour lui-même mais redevint sérieux en entendant Noah parler de sa vie à la mine. Peut-être avait-il raison et que cette toux n’était pas tuberculose…mais on était jamais trop prudent… ‘La mort et la pourriture’ oui, sans aucun doute, la mine devait sentir cette odeur. Peut-être que lui, Jacques, sentirait la mort un jour…peut-être…

Il imaginait très bien l’endroit, un couloir petit et sale, remplit de charbon, tueur silencieux qui s’attaque à vous petit à petit. Jacques n’était pas comme lui. Non, il choisissait précautionneusement ses victimes, mais lorsqu’il tuait, c’était plutôt rapide, même si ce n’était pas sans douleur. Cet homme semblait fatigué, l’ombre qu’il avait vu passer sur son visage était réapparut. Oui, cet homme ferait l’affaire. Il était trop ‘bon’ pour espérer devenir un vrai maître un jour, mais il pourrait toujours essayer. Il le resservit tout en parlant, le visage baissé sur le verre.

« Qu’est ce qui te retiens à la mine si tu détestes tant que ça ? »

Il redressa son regard compatissant sur lui :

« Ta famille, n’est ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Lun 30 Juil - 20:40

[ hrp : l’est pô soul, juste fatigué, peuh ! Evil or Very Mad ]





« Artiste ? » répéta t-il. « Et qu’est-ce que tu fais ? Des peintures ? Des poèmes ? En tout cas, je suppose que tu dois bien gagner ta vie, à en juger par tes vêtement et ta classe »



Noah aurait bien aimé s’habiller ainsi, lui aussi, au lieu des bleus de travail, des chemises usées jusqu’à la moelle et reprisées de tout côtés. Même son habit du dimanche était passé. Mais pour s’habiller ainsi, il aurait fallut en avoir les moyens. Ce qu’il n’avait absolument pas, et quand bien même, la priorité irait à ses frères et sœurs.



« Ma famille, c’est ce qui me permet de tenir, de me lever chaque matin pour aller travailler. Mais, oui, c’est pour elle que je fais tout ça. Je suis l’aîné, c’est à moi de prendre soin des plus petits. »



Il esquissa un sourire.



« Le sacrifice en vaut la peine» , reprit-il. « Les voir heureux, s’amuser, danser, chanter et rire. C’est mon bonheur. Cela peut te paraître bien dérisoire et sentimental, comme à beaucoup de monde, mais cela me contente. Je n’ai pas besoin de belles voitures ni de beaux vêtements…en tout cas, pas au détriment des miens. »



Il sortit de sa poche un petit daguerréotype froissé et déchiré par endroit.



« Ce sont eux. Mes frères à droite, et mes sœurs à gauche. Au milieu, là, ce sont mes parents. Le cliché a été pris avant la guerre, lorsque nous avions assez d’argent pour nous payer suffisamment à manger… »



Mais pourquoi montrait-il ça à cet inconnu ? Parce que Noah était fier de montrer l’union des siens ? Parce qu’il voulait qu’on le prenne en pitié ? Par fierté ? Il n’avait pas la réponse à cette question. Aussi, rangea t-il la photo dans sa poche, et se resservit un verre.



« Quelle heure est-il ?" demanda t-il à Jacques.

Il était sûrement près de 10 heures, auquel cas, il devrait délaisser la compagnie de son voisin de table, et aller rejoindre les Campagnards…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Lun 30 Juil - 21:50

Jacques éluda sa question avec un petit geste dérisoire de la main.

« Oui, oui, je m’en sors pas mal…mais peut-être que ça ne durera pas… »

Il l’écouta en retenant un soupir d’exaspération. Ce type semblait décidément bien irrécupérable. Cet amour pour sa famille était autant sa force que sa faiblesse. Faiblesse parce qu’il le rendait incroyablement mou et force parce qu’il empêcherait Jacques de le faire son ‘élève’. Il trouvait cela pitoyable. Il se composa un visage mêlé de compassion et d’envie. Comme s’il pouvait envier cette vie misérable entourée de gosses larmoyants et inutiles ! Il regarda un moment le cliché sans y prêter réellement attention. Cela ne l’intéressait pas. Mais s’il arrivait à faire peser son poids sur cette balance familial, il restait encore un moyen pour que Noah soit réellement à ses pieds.

Il n’avait pas de montre et haussa les épaules.

« Je ne sais pas. »

Il enchaîna, comme gêné et timide :

« Tu sais…je ne suis pas seulement un artiste, je fais aussi des études. Et il se trouve qu’elles me contraignent à rester dans ce quartier plutôt malfamé. Je n’aime pas tellement la violence et…je ne saurais pas me défendre seul… »

*Ce qu’il ne faut pas dire…*

« Et j’ai plutôt une tête à attirer les ‘méchants’. Je ne me sens pas en sécurité, ici. Toi, tu as une forte carrure et ils n’oseront pas s’attaquer à toi. Alors…si tu acceptais de rester avec moi, simplement rester à mes côtés, contre, bien évidemment, un salaire, je serais rassuré. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Mar 31 Juil - 16:42

Noah n’avait pas remarqué que Jacques se fichait royalement de sa photo de famille. Le jeune homme, lui, ne se lassait jamais de parler des siens, car ils étaient une source de joie pour lui.

Lorsqu’il parla de ses études, Noah fut impressionné, et quelques peu envieux.

« Tu as de la chance », commenta t-il, les yeux brillant. « Je rêverai de pouvoir faire des études, au lycée, puis à l’université…mais tout est tellement cher…puis, je n’ai pas le temps…le Père Denis, un très bon ami à moi, mon…mentor, si je puis dire, m’a enseigné beaucoup plus que ce que je n’aurai jamais espéré…c’est grâce à lui que j’aime lire, me cultiver… »

Il s’arrêta, mélancolique. Etudier était pour lui source de joie et de complaisance. La lecture le faisait rêver, voyager…il s’y noyait…malheureusement, il n’avait que peu de livres. Juste un ouvrage de Proust, et un de Zola…il aimait bien Zola, car l’auteur dépeignait une réalité qui était son quotidien, les mines, la vie dure des gens pauvres…

Lorsque Jacques demanda à Noah si ce dernier pouvait bien l’escorter, il fut un peu surpris…

« Mais pourquoi aller dans un quartier comme celui-là si tu as peur de te faire agresser ? » demanda t-il. « Je veux bien t’accompagner, oui, c’est certain. Mais je dois aller au rendez-vous de mon patron…Quant à ton argent, garde-le, je n’en suis pas encore à faire la quête…puis, je considère que je rends un service à un ami, cela ne me pose aucun problème…sauf si on se fait attaquer par une bande de ruffian, évidemment, mais je ne vois pas pourquoi cela arriverait »

Il termina la bouteille au goulot puis la reposa sur la table. Le jeune homme se leva, se fit craquer le cou, et passa la main dans sa chevelure blonde.

« Allons-y donc…par ou habites-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Mar 31 Juil - 17:12

Jacques eut un petit sourire attendrit.

*Un service à un ami…*

C’était mignon, mais Noah n’avait pas comprit sa proposition. Il le regarda se lever.

« Non…tu n’as pas compris…rassit-toi, je t’en pris, mon ami. »

Il fit un discret signe de la main à la serveuse pour qu’elle leur rapporte une autre bouteille.

« Ce que je te proposais…ce n’était pas un service pour un soir…mes études vont prendre un certain temps, peut-être plusieurs années, je n’en sais rien, et ce que je te demande est un réel travail car tu devras quitter la mine. Un emploi à plein temps, avec, bien entendu, des congés chaque semaines, mais parfois j’aurais besoin de toi la nuit…même plus souvent la nuit que le jour…c’est surtout à ce moment que ça devient dangereux…et aussi que tu acceptes de ne pas me demander ce que sont mes études. En contre partie de tout cela, si tu acceptes, je te paierais, et plutôt grassement, de quoi nourrir ta famille et payer un médecin pour au moins l’un d’entre vous. »

Il baissa le visage sur son verre, comme ennuyé, tandis que la serveuse apportait la seconde bouteille et il resservit son ‘ami’ avant de se remettre à parler.

« Je suis conscient que le travail que je te propose est plutôt ennuyeux, rester à mes côtés en jouant les gros durs ne doit pas t’enchanter, mais je pense que c’est mieux que la mine, non ? Tu seras plus payé, tu auras plus de temps avec ta famille et ta santé sera moins en danger… »

Il redressa son regard, interrogateur. Allait-il accepter ? Jacques l’espérait, qu’il n’ait pas perdu sa soirée, au moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Mar 31 Juil - 18:19

Travailler pour Jacques en étant bien payé ? Il fronça les sourcils…d’autant plus que les conditions étaient plutôt douteuses…

« Travailler pour toi ? » répéta t-il en se rasseyant docilement.

S’il disait oui tout de suite, cela ne le ferait pas…cependant, il en avait envie, Jacques lui paraissait fort sympathique, et comme Noah était un peu trop aveugle et naïf, il ne se doutait pas une seule seconde que l’homme qu’il avait en face de lui était un psychopathe…^^

« Ma fois, je ne dis pas non, tant que je n’ai pas à faire des choses louches…mais pourquoi tant de mystère sur tes études ? Tu as quelque chose à cacher ? " demanda t-il sur le ton de la plaisanterie.

S’il savait…il se serait enfui à des kilomètres à la ronde !!

« Et…je devrai juste te suivre et assurer ta sécurité ? Rien de plus ? »

Il remplit son verre à nouveau…il commençait à peine à ressentir les effets de l’alcool. Il regarda le visage de Jacques…des questions lui brulaient les lèvres, mais il les garda pour lui.

« Et je serai payé combien ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Mar 31 Juil - 18:42

Jacques aurait voulu sourire de toutes ses dents. Chez les gens normaux le ‘je ne dis pas non’ signifiait automatiquement ‘oui’, s’il ne faisait pas de bourde. Il se contenta pourtant de le regarder, sérieux comme un pape.

*A ton avis, si je ne veux rien te dire…banane !*

« Non, je n’ai pas grand-chose d’important à cacher…mais mes recherches vont peut-être servir à un grand projet pour la sécurité de la ville et on ne tient pas à faire des fuites, tu comprends ? Ne le prend pas mal, surtout, je n’ai pas le choix. »

Il baissa les yeux sur son verre et eut un sourire rassurant :

« Voila ! Rien de plus ! Et puis, me tenir compagnie, aussi, mais, ça, j’espère bien que ce sera un plaisir réciproque ! »

Oui, un plaisir ! Il aurait tout le temps pour vérifier que Noah soit réellement en bonne santé et pourrait toujours en faire son amant. Il réprima un sourire pervers. Un réel plaisir…

Haaa ! La question de l’argent était enfin abordée…

« Disons…20 francs par semaine ! Ca t’irait ? »


Dernière édition par le Mar 31 Juil - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Mar 31 Juil - 18:59

« T’es une sorte d’espion Neutral , si je comprends bien…ou bien, quelqu’un d’important…mais excuse-moi, plus de questions. »

20 francs la semaine ? C’était inespéré ! Il cacha sa joie du mieux qu’il put, mais il s’agitait sur sa chaise et triturait la bouteille qu’il avait pris dans ses larges mains.

« C’est cher payé pour le peu que je dois faire », se réjouit-il. « Marché conclut. »

Puis Jacques lui paraissait être sincère et honnête == [hrp : il est niais, Noah…hop, tout droit dans la gueule du loup ^^]

« Et on commence quand ? » demanda t-il, excité malgré lui par la perspective d’assister un personnage qui apporterai beaucoup à Paris.

Il allait enfin pouvoir aider et apporter plus à sa famille. Il se sentait soulagé et heureux. Il pourrait payer le médecin pour Colette, acheter des jouets à ses frères et sœur, des nouveau vêtements, et, à long terme, un vraie maison avec plusieurs chambres…Cette dernière pensée balaya tous les derniers doutes qu’aurait pu avoir Noah.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Mar 31 Juil - 19:18

Jacques ne put se retenir cette fois, et éclata de rire. Un espion ? Ha ça c’était trop fort ! Ce type était vraiment trop idiot.

« Non ! Non ! »

Articula-t-il en essayant de se calmer.

« Non, je ne suis pas un espion. Je suis un type normal, comme toi, je fais simplement des recherches sur les gangs, les bandits, pour la police. Mais je ne peux pas te dire pourquoi, je suis désolé. »

Il était redevenu sérieux. On aurait dit un gosse à qui on vient de dire qu’il allait aider le père noël. Il était finalement assez pitoyable. Il fallait qu’il le laisse goûter au plaisir de l’argent avant de s’en servir réellement. Ce soir, il ne ferait que redorer sa bourse qui allait facilement se vider avec lui.

« Marché conclut ! » Répondit-il en tendant la main à Noah.

Il sourit.

« Dès demain matin. J’ai une personne que je dois suivre discrètement. Je t’en dirais plus demain. Ce soir, il faut que je me couche tôt. »

Il fit mine de bailler.

« Je vais prendre une chambre ici. »

Il sortit sa bourse et en sortit 20 francs.

« Voila pour la semaine. Je t’attends ici demain, dès huit heures. »

Il n’allait certainement pas se coucher. A présent, il lui fallait de l’argent et trouver quelqu’un qui ressemblait à une belle victime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Mar 31 Juil - 22:35

Il opina du chef, devenu le nouveau « garde du corps » de Jacques …non pas qu’il s’en faisait une fierté, suivre quelqu’un comme un petit chien infligeait un sacré coup à sa superbe, mais il était plus heureux, ce travail serait certainement plus gratifiant que de bosser à la mine…et mieux payé.

Les étoiles plein les yeux, il prit les 20 francs que lui tendait Jacques, les regarda un instant comme s’il s’était agit du trésor des Templiers, puis mit l’argent dans sa poche, bien au chaud.

Donc, il commencerait demain matin…à huit heures…

« Je ne te conseille pas les chambres de cette taverne…leur vin est peut-être bon, mais leurs lits son exécrables…Va plutôt à ‘L’Interval’ [hrp : moi ? fumer de l’interval , naonnnnn ^^] ...c’est légèrement plus cher, mais on y dort bien, et la cuisine est délicieuse…je peux t’y conduire si tu veux, c’est à deux pâtés de maisons… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Mar 31 Juil - 22:50

Jacques réfléchit un instant avant d’afficher un sourire reconnaissant.

« Avec plaisir. »

En réalité, il était partagé entre le désir de l’envoyer se faire voir ailleurs, cet endroit était comme lui : mauvais. Mais de l’autre, un bon lit, ça ne se refusait pas. Il aimait le luxe, et il n’avait pas l’air d’être en abondance, dans le coin. Il lança un regard désolé pour la salle bondée. Il aimait bien cet endroit. Mais bon…Il emboita le pas de Noah, se laissant guider. Peut-être l’amènerait-il dans un hôtel qu’il avait connu ?

Il espérait qu’il se dépêcherait : faire les poches n’était pas toujours si facile que ça et il avait besoin de repos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah

avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 30/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Mar 31 Juil - 23:12

« Alors allons-y » fit-il avec un sourire

Noah sortit donc de la taverne, suivit par Jacques. Après une courte marche, ils arrivèrent à ‘l’Interval’. Noah pénétra en premier, et se dirigea immédiatement ver le comptoir ou somnolait un jeune homme à la beauté saisissante ? Un visage d’ange, des boucles brune encadrant son oval de chérubin…Noah pariait pour des yeux bleus…

Avec un petit plaisir diablotin, il posa bruyamment sa main sur le comptoir, et l'employé se réveilla en sursautant.

Raté. Il avait des yeux verts.

« Une chambre pour mon ami… »

Le jeune éphèbe regarda Noah, puis s’attarda longuement sur Jacques.

« Désolé, nous sommes complet… »

« Allons allons, tu sais que c’est faux, c’est une période creuse, personne n’a les moyens de se payer une chambre ici… » fit-il en faisant pianoter ses doigts.

Il souriait, nullement surpris…il prenait ça comme un jeu.

« Mais je… »

« Il a les moyens de payer… »

Aussitôt, l’employé se redressa, attrapa son cahier et sa plume, et fit mine de regarder les chambres de libre, mais Noah savait bien qu’il n’y avait personne…d’ailleurs, aucun nom n’étaient inscrit dans le registre.

« Ca alors, une chambre s’est libérée ce matin…je ne le savais pas… »

Il attrapa les clé des pièces.

« Je veux d’abord voir l’argent », déclara t-il.

Noah s'écarta pour laisser à Jacques le loisir de continuer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques

avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 24/06/2007

MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   Mar 31 Juil - 23:27

Une fois arrivé dans le hall, le regard de Jacques fut immédiatement attiré par le concierge. Il était plutôt mignon. Jeune, mais mignon. Tant mieux, en fait. Les jeunes étaient plus facilement malléables. Il observa Noah agir et parler, légèrement en retrait. Le jeune blond agissait bien tranquillement avec son argent…décidément, il faudrait le surveiller pour qu’il ne vide pas sa bourse dans un excès de zèle…Jacques fixait les iris verts du concierge. Ca moustache le dérangeait. Il n’aimait pas les moustachus, ça faisait sale, ces poils au milieu de la figure. Autant une légère barbe de 3 jours, il ne disait pas non, autant les moustaches…Mais il avait le mérite d’avoir de beaux yeux et était légèrement efféminé ce qui lui plaisait bien.

Lorsque Noah lui laissa la place il s’approcha sans rien dire, échangeant un rapide coup d’œil avec son acolyte, histoire de lui reprocher légèrement et muettement son aisance à dépenser ses sous. Il y avait des limites à tout, surtout à sa générosité.

Il déposa sur le comptoir une pièce de dix francs. Il verrait bien ensuite combien de temps cela lui permettrait de rester. Il espérait bien que ça durerait la semaine. Le hall n’était pas particulièrement somptueux et Jacques redoutait un peu le reste. Il ne quittait pas le concierge de son regard qu’il avait fait glacial. Ce jeune idiot avait beau être acceptable, qu’il s’avise de lui demander plus et il perdrait son seul et unique client…en plus d’un excellent coup au lit, mais ça, il ne pouvait le savoir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrivée d'un étrange bandit.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrivée d'un étrange bandit.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'arrivée d'une étrange jeune femme.
» L'arrivée de l'étrange Chiron - Le Monde Zorlim
» Un bien étrange rêve...
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Paris des Années Folles :: Paris populaire :: Montmartre-
Sauter vers: